L'histoire du Guishu

L’histoire du Guishu remonte à bien des millénaires en arrière, dans les plaines du fleuve jaune de la Chine, où apparue la première boisson alcoolisée de l’humanité: le riz fermenté.
Au fil des dynasties chinoises, ce breuvage alcoolisé se fait connaitre de plus en plus. Parmi ces breuvages issus du riz, le Saké japonais est le plus connu et le plus populaire. Il est distillé contrairement au “Saké” français (Le Guishu ou Lou Guichou en provençale) et son cousin chinois, le Huang Jiu. Ces derniers sont simplement fermentés. 

Maintenant, commençons notre périple à travers les âges.

 

illustration des travailleurs chinois en pleine moisson des rizières
Au 13ème siècle

La Camargue, Terre de Riz de France

C’est au 13ème siècle que la riziculture est apparue pour la première fois en Camargue.
 
Au 13ème siècle
illustration du roi de France Henri 4
16ème siècle

Son développement

C’est uniquement vers la fin du 16ème siècle, en 1595, que le roi Henri IV a ordonné le développement de la riziculture en Camargue.

16ème siècle
photo de l'appel du general de Gaulle pendant la seconde guerre mondiale
Dans les années 40

Pendant la seconde guerre

Au fil du temps, la culture du riz s’est peu à peu arrêtée jusqu’à sa reprise dans les années 40, à cause de la 2ème guerre mondiale.
 

La route de l’Indochine étant compliquée par la guerre, l’Etat français enrôle environ 20.000 vietnamiens pour développer la riziculture en Camargue.

Dans les années 40
photo des 3 variétés de riz de Camargue
De nos jours

Production faible mais qualitative

De nos jours, 98% du riz produit en France provient de la Camargue. Chaque année, on y fait qu’une seule et unique récolte. La riziculture couvre un peu plus de 10 000 hectares, ce qui en comparaison représente 1% de celle du Japon et est 2600 fois plus petite que celle en Chine.

Cependant, le riz de Camargue est connu pour sa qualité, car il possède une palette variée et inattendue de riz blancs, rouges, bruns et noirs.

De nos jours
photo du créateur du Guishu Olivier Sublett
2013

La Naissance du Guishu

C’est le travail et l’imagination d’un seul homme, Olivier Sublett, un bordelais, professionnel du vin, issus d’une lignée de viticulteurs dans le St Emilionnais depuis 1822. 

C’est en 2013, que Olivier est tombé sous le charme de la Provence, des rizières de Camargue ainsi que du terroir de cette région méditérranéenne, où l’arbre emblématique est l’olivier, faisant référence à son propre prénom.

L’origine du nom Guishu vient du Provençale: “Lou
Guichou”, qui veut dire “Le petit arbre”. Comme la plupart des mots provençaux, il a été francisé. 

Il a également subit une influence asiatique dans sa francisation car c’est une boisson à base de riz, tout comme le “Nihhon Shu” ou “Saké du Japon”. Le nom Guishu pourrait donc se traduire en: “Arbre à Saké” . Or, dans la langue chinoise, “Le Gui Shu” veut également dire “Olivier de Chine heureux”.

2013
photo de Olivier Sublett à Hong Kong lors du International Awards en 2016
2016

Reportages et Tables étoilés

L’année 2016 fût dense en événements. 2 reportages avec M6 et France 3, plusieurs galas dans des tables étoilés dont “L’Atelier” du Chef doublement étoilés Jean-Luc Rabanel, le Wine Luxe International Awards à Hong Kong où le Guishu a remporté la médaille d’Or. 

2016
2018

Innovation gastronomique

C’est en 2018, que le Guishu s’est vu décerné pour la première fois, le 1er prix de l’innovation gastronomique à Horecatel en Belgique. Le prix a été remi par quatre ministres belges, dont le ministre Denis Ducarme.

2018
01/08/2018

250

C’est actuellement le nombre de points de vente proposant le Guishu à la clientèle francophone dans tout l’hexagone. Ce nombre ne cesse d’augmenter semaine après semaine. 

01/08/2018
fr_FR
en_GB fr_FR
Retour haut de page